Pour mieux lire " RHAPSODIE "

Img056
Img050 1
Img052

 

 

Avant propos

 

 

En 1987, je déposai à la société des gens de lettres ma Rhapsodie ; depuis, rien ou presque rien, quelques refus des éditeurs, peu d'efforts de ma part pour promouvoir mon oeuvre ...

Pourquoi une telle déshérence, un tel abandon ?

C'était mon premier ouvrage, un ouvrage de jeunesse écrit dans l'enthousiasme, une oeuvre d'une folle ambition dont j'estimai assez vite qu'elle était difficile, trop difficile, singulière, trop singulière pour être partagée.

Depuis, des relectures m'ont fait changer d'avis et c'est pour mettre cette oeuvre à la portée d'un large lectorat que j'écris ces lignes : il s'agit de capter la bienveillance, de venir en aide à ces lecteurs pour lesquels, en définitive j'ai travaillé.

Pour ce faire, j'ai choisi d'aborder 7 points qui constituent autant de jalons pour instaurer le champ de l'intérêt et de la compréhension, dans l'ordre : le titre ; le plan ; le genre ; le contenu ; les " Polyphèmes " ; l'origine et enfin l'objectif

 

1   Le titre: " Rhapsodie " renvoie à ce qu'était un rhapsode dans l'antiquité ; un assembleur de pièces disparates, le réalisateur d'un patchwork dont l'Iliade et l'Odyssée sont peut-être le meilleur exemple : Homère en qualité d'auteur unique n'a sans doute jamais existé ; il serait seulement celui qui a rassemblé et cousu par l'écrit des pièces antérieurement déclamées ; c'est ce qu'on appelle la question homérique.

Eh bien moi, avec ma rhapsodie, je ne prétends à rien d'autre qu'à rassembler, à mettre en relation des connaissances établies par d'autres, les acquis des sciences en la fin du vingtième siècle ; je n'invente rien mais j'ai beaucoup lu, beaucoup réfléchi ...

Le mot " rhapsodie" comprend deux racines : la première exprime l'acte de rapiécer ; la seconde signifie chant, ode, poème.

 

2   Le plan de mon livre est ternaire et dynamique : il se déploie progressivement en spirale : " observations" la première partie, la plus courte, introduit les deux notions qui constituent les deux cellules germinales du livre : le binaire et le ternaire ; la seconde partie, " interprétations " beaucoup plus développée ( on passe de 2 ensembles à 7 ) explore et analyse d'abord trois incarnations du modèle ternaire avec la biologie, l'érotisme et la musique puis quatre manifestations du modèle binaire ; enfin la troisième et dernière partie est elle-même subdivisée en deux ensembles opposés : une descente aux enfers dont les cercles se rétrécissent comme ceux de l'enfer de Dante, descente dans les ténèbres à laquelle s'oppose un cheminement vers la lumière.

Cette dernière partie élargit le propos et dépasse par son ampleur les deux précédentes puisqu'elle comporte successivement  7 et 9 ensembles.

Pour en finir avec ce plan qui n'omet pas de saluer une sorte de numérologie, il faut dire que le prologue : " Le voyage d'Orphée " et l'épilogue : "Apothéose " rendent hommage aux mythes.

 

3   A quel genre littéraire appartient Rhapsodie ?

Il est difficile de répondre à cette question : par son propos qui est épistémologique, le livre relève de l'essai ; en tant que forme, la rhapsodie est surtout un genre musical, non un genre littéraire : il consiste à juxtaposer des éléments sans les développer, ce qui est aussi  mal vu en littérature qu'en musique ...

S'il fallait, pour faire plaisir aux amateurs d'étiquettes si nombreux en France, assigner un genre, ce serait celui du poème didactique fort peu représenté en littérature . J'avoue m'être toujours soucié, lors du travail d'écriture, non comme d'une priorité mais comme d'une impérieuse nécessité, de la recherche de l'euphonie, du rythme, des sonorités, multipliant assonances et allitérations, jeux étymologiques, figures comme le polyptote ou dérivation afin de conférer au texte les qualités d'un poème en prose. Faire sonner la langue française dont l'éloge figure dans ma rhapsodie fut toujours l'une de mes pratiques.

Enfin je n'ai pas renoncé à la dimension narrative pour donner à l'ensemble le profil romanesque d'un parcours initiatique qui va de l'errance à la révélation finale.

Pour résumer, Rhapsodie n'appartient à aucun genre répertorié : ce livre est une singularité.

 

4   Pour ce qui est du contenu, il est très riche et divers : biologie ; musique ; mathématiques ; physique ; linguistique ; mythologie ; éthique ; philosophie ...  Le livre ne s'interdit rien, se veut ouvert, une somme, un compendium de toutes les disciplines ...

 

5    Polyphèmes : une telle ambition a de quoi dérouter ou fatiguer, c'est pourquoi j'ai tenu à ménager des pauses pour le lecteur que trop d'abstraction pourrait rebuter ; c'est la raison d'être des " Polyphèmes "  ; j'ai choisi ce mot non pour renvoyer au monstre homérique qui dévorait ses visiteurs mais pour son étymologie  qui signifie : plusieurs thèmes ...

Chaque Polyphème constitue une respiration littéraire et affective, une aire de repos pour l'esprit au milieu d'une forêt de concepts. Le premier est narratif ; les suivants descriptifs, le troisième évoque la musique ; le quatrième faisant écho à l'actualité du moment ( 29/9/1985 ) est l'histoire d'un meurtre puis il y a le récit d'un rêve puis deux poèmes en miroir et enfin l'épiphanie de la Déesse .

Ces 8 Polyphèmes sont en fait des ruses destinées à détendre, à récréer, à délasser le lecteur mais ils ne renoncent pas à signifier ...

 

6   Rhapsodie tire son origine du " De Rerum Natura " de Lucrèce.

Ce poète latin du milieu du premier siècle avant J C écrivit en vers un ouvrage sur la nature du monde, sa formation, les principes qui le gouvernent et rassembla les connaissances de l'époque dans des domaines aussi divers que les phénomènes physiques célestes ou terrestres, foudre, météorologie, volcanisme, épidémies,  ou des considérations sur les atomes constitutifs de l'univers ou encore sur l'âme humaine, les rêves, les simulacres et le rapport de l'homme au religieux.

Il s'agit d'un poème didactique.

Si Lucrèce choisit d'écrire en vers, c'est, explique-t-il " parce que la poésie est comparable au miel dont les médecins enduisent le bord de la coupe contenant la potion amère qu'ils veulent faire prendre aux enfants : elle aide à faire passer un exposé aride . "

Cet ouvrage fascinant, trésor de sciences, de savoir et de poésie m'a retenu au point de vouloir composer l'équivalent pour le vingtième siècle, tentative orgueilleuse mais noble dessein pour atteindre un objectif qui m'apparait encore aujourd'hui indispensable.

 

7   Mon objectif avec Rhapsodie est d'abolir une fois pour toutes l'opposition entre sciences et lettres, techniques et arts, géométrie et finesse et de fonder vainsi une nouvelle éthique.

Pourquoi la science serait-elle hermétique, fermée à la plupart, prisonnière de formules et d'équations où l'abscons le dispute à l'abstraction ?

Pourquoi la littérature se confinerait-elle à l'étude d'états d'âme, à la subjectivité complaisante d'écrivains incapables de devenir auteurs ?

Pourquoi la littérature s'obstinerait-elle à snober le réel ?

Refusant les clivages, les schématisations, désirant fonder une nouvelle culture unissant sensibilité et réflexion, rigueur et esthétique, tradition et modernité, chiffres et lettres, protocoles et poésie, j'ai écrit Rhapsodie.

 

 

Fils du ciel, je croise des fils que je n'ai pas créés ...

Enfant de la terre, je pétris une pâte que je veux faire lever.

Serai-je bon tisserand ? Ai-je des doigts de fée ?

Rien n'est moins sûr et pourtant, obscurément je pressens le canevas ...

Oui, irrésistiblement, je crois, je le devine .

Pardonne moi, lecteur ...

 

ce livre est une singularité .

 

  j'ai choisi d'aborder 7 points

Ajouter un commentaire

 
×